Accueil Communiquer Consignes Epidemio ingenieur ventilation stopcovid

Point crucial 1


Une communication motivante et percutante emportant l’adhésion de chacun

Le rabâchage sur les gestes barrières n’est plus écouté. Le spot « vous allez tuer votre grand-mère » est insuffisant et ne reflète pas la réalité.


1) Expliquer comment une vague COVID va tuer à tous les âges, parce qu’elle tuera d’autre chose que de la COVID.

Une phrase choc : le virus peut aussi tuer d’un accident de trottinette.

A décliner avec infarctus, AVC, embolie, hémorragie, grossesse extra-utérine, embolie pulmonaire…

Un spot choc  :

Marie, 17 ans vient d’avoir un accident de trottinette, juste devant chez elle. Le médecin des pompiers dit « vite on l’hospitalise en réa. Il sera sauvé… si on lui trouve une place assez vite».

Les parents pleurent « je vous en prie, il faut le sauver, il est tout jeune, trouvez-lui une place ».

Puis, covid / no covid, façon « smoking / no smoking » :

COVID : bien après, l’ambulance des pompiers n’a toujours pas démarré. Le médecin dit ce n’est plus la peine et recouvre le visage avec un drap.

NO COVID : l’ambulance des pompiers part tout de suite. 15’ après, le jeune est en réa avec des tuyaux partout. 15j après : il est en rééducation.


Un autre spot :

Des jeunes sympas et pleins de vie, groupés et proches les uns des autres, certains avec masque, d’autre sans : « Le COVID, ne nous fait pas peur, samedi on a fait une teuf de ouf. ».

Nicolas BEDOS (qui accepterait certainement de tenir son rôle dans un tel spot) leur répond « Moi j’ai compris mes conneries ! En pleine épidémie, la bêtise et le chacun pour soi tuent aussi vos frères et sœurs, parents, vos amis, l’amour de votre vie, et tant d’autres. En ce moment, la teuf de ouf, c’est une teuf pour les naz et les rip. Et je ne peux pas choisir que des soignants risquent à nouveau leur vie 15h par jour parce que moi j’ai fait la fête ».

Lorsqu’une vague COVID sature les hôpitaux, c’est comme si nous n’avions plus d’hôpitaux.


2) Quel masque et comment doit-il être mis ? Beaucoup mettent mal leur masque ou portent un masque avec trop de fuites, voire un masque à soupape, c’est à dire conçu pour bénéficier du masque des autres et ne leur apporter aucune protection en retour.

Des spots doivent montrer comment bien mettre un masque et quels masques éviter.








Une seule de ces deux personnes est intelligente. Ne soyez pas l’autre !


3) Hydroalcoolique ? Un désordre malvenu !

Plus de 90% de la population utilise un gel ou une solution hydroalcoolique. La tolérance et le confort en freine l’usage assez fréquent à cause d’un manque d’informations fautif.

Il est indispensable :

*D’expliquer que coexistent gel et solution, la recette de l’OMS étant celle d’une solution et non d’un gel.

*D’expliquer que plusieurs compositions sont possibles, que l’on peut mal tolérer l’une mais tolérer une autre.

*D’étiqueter de façon à ce qu’un gel ou une solution bien toléré puisse être racheté facilement à l’identique : les irritants, les trop poisseux, les trop liquides pourront être évités.

*Les gels nauséabonds ? A recommander si vous n’êtes pas capable de garder le gel hors de portée des enfants : ils risquent un coma éthylique.


4) On peut donner des informations exactes, et tromper les gens…Mais mieux vaut l’éviter !

Le nombre de lits de réanimation occupés « Covid » et la variation quotidienne de ce nombre sont utiles pour connaître le degré de saturation du système de santé. Mais la transparence, c’est dire que « +50 en réanimation », ne signifie pas que 50 malades nouveaux ont été admis en réanimation mais que « 50 patients + le nombre de patients morts en réanimation + le nombre de patients sortis vivants de la réanimation durant les dernières 24 heures » ont été admis en réanimation.

Consignes

Suite